Billet: Big Sur

« (précédent) | » (suivant)

Big Sur

Côte de Carmel à Santa Barbara

Falaise en bord de CA1

Falaise en bord de CA1

En longeant la côte par la Pacific Highway (ou Cabrillo highway), on suit un rivage sauvage et découpé de montagnes tombant dans la mer. Cela n’est pas sans rappeler la Bretagne avec la côte sauvage. Les nuages, comme à San Francisco flottent au ras des flots et envahissent la terre bloqués par telle ou telle creek. On passe ainsi du soleil au brouillard le plus épais. Globalement nous avons voyagé plus dans le blanc que le bleu.

Les à-pics sont assez vertigineux parfois mais les paysages restent fabuleux. D’ailleurs cette route subit régulièrement des glissements de terrains et fut fermée durant près de 6 mois en début d’année. Il faut toujours vérifier son état avant de l’emprunter car vous risqueriez de devoir faire demi-tour, et, vu les distances, ce serait un vrai souci.

Il y a aussi pas mal de zones en travaux avec passage sur une voie alternée. Par moment ca s’apparente plus au rally du tour de Corse qu’à une ballade; Il convient de rester extrêment vigilant au volant, les murets ou glissières de sécurité ne sont pas légions!

De plus, comme c’est assez touristique, il faut concilier avec toutes sortes d’utilisateurs, de la Harley au RV (tous les camping-cars) et aux conducteurs visiblement plus habitués aux 4 voies qu’aux virolos.
Les boites auto « bas de gamme » comme celle qui équipe notre Toyota de loc n’offre presque pas de frein moteur, et, vu comment les autres freinent en permanence, ca doit être le cas pour beaucoup.
Rentrer un rapport si la vitesse le permet sur certains virages vous donnera un avantage certain. On dirait que la plupart des conducteurs ne font pas cela. Le marché des plaquettes de freins doit être florissant aux U.S 🙄

Les State Park

Tout au long de la côte, sur toute la zone couvrant une bonne moitié de la distance avant Santa Barbara  (disons jusqu’à san Luis Obispo) On est sur Big Sur. Il y a bien un vague village, mais cette domination correspond plus à une zone étendue très sauvage qui a fait les beaux jours des premiers Beatniks.

Il y a divers points à voir si on a le temps

  • Lobos point juste après Carmel,
  • Pfeiffer Beach
  • Julie Pfeiffer park

Tous sont payants (5 à 10$). Il s’agit de petites zones ou promontoires, réserves naturelles offrant un panorama particulier.

Nous avons fait l’économie de Lobos Point mais déjeuné sur la plage sauvage de Pfeiffer Beach. Une descente depuis la 1 à travers Canyon road sur 3 km.

Super! Bien qu’un peu envahie par des touristes (ah ces touristes!). Se baigner est inutile, trop froid, et trop dangereux avec des rouleaux violents et des courants de ressacs.

Pour ceux qui ont le temps, la visite de Hearst Castle est mentionnée dans de nombreux guides. Demeure musée rococo d’un ancien magnat de la presse mégalo. Nous avions eu un écho pas très favorable de la part d’un couple rencontré à Yosemite, et vu la longeur de l’étape on a fait l’impasse. Je pense que ça vaut le coup quand même pour le fun.

La route fut très longue jusqu’à SB et nous avons coupé vers la fin en rejoignant la US101. (encore 3h de route après Pfeiffer beach).

Pleins d’images

En haut


Etre informé des nouveaux articles : gestion Abonnement

Commentaires clos.

Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar Custom avatar
En haut